Persépolis de Marjane Satrapi

Persépolis

Le jeudi 23 juin 2005 par juliek12

Je vous recommande la lecture des quatre tomes, pour nous ouvrir les yeux sur l’Iran. Surprise, je le fus face au dessin, simple et pourtant envoutant, de cette bédé.

Le charme opère dès les premières pages et on se laisse emporter. L’aventure d’une femme, iranienne, entre Orient et Occident.

Présentation de l’éditeur

À travers le récit de son adolescence et de ses premiers pas d’adulte, Marjane Satrapi raconte la destinée de l’Iran depuis la prise du pouvoir par les partisans de Khomeiny, en 1979. De la révolution islamique au conflit avec l’Irak, elle met en scène l’emprise croissante des religieux et les bouleversements dans la vie de tous les jours avec sensibilité et humour.


  • > Persépolis  4 septembre 2005, par athena
    je m’apelle ATHENA KHORRAM et je suis une Iraniene.J’aimerais savoir,de quel point de vue est ce livre ?que pense l’auteure des evenements ?car ca serait dommage de propager des mensonges sur ce pays qui s’est battu avec beaucoup de difficulte pour sa liberation.je serais heureuse de savoir que les faits ont ete montre comme ils sont et pas autrement.je vous remercie beaucoup d’avance de bien vouloire me repondre,ou me donner l’email de l’auteure.
    Répondre à ce message
    • > Persépolis 10 février 2006, par ezetz
      Dans les quatre tomes, l’auteure retrace sa vie depuis son enfance jusqu’à ce qu’elle soit jeune adulte, en la recontextualisant avec les évènements qui ont marqué l’Iran depuis la prise de pouvoir du Shah grâce au gouvernement britannique aux alentours de la seconde Guerre Mondiale. Je ne pense pas qu’on puisse dire qu’il y ait un parti pris pour tel vision des évènements : D’un côté elle nous expose ses souvenirs comme elle les a ressenti à l’époque (enfant puis adolescente puis jeune adulte) mais tout en essayant d’expliquer certains comportements de son entourage ou certaines décisions qui ont affecté sa vie, par les évènements historiques de l’époque. Peut être qu’on peut quand même dégager trois états d’esprit différents : dans les deux premiers tomes elle voit le monde selon ses yeux d’enfants (donc vision centrée sur elle-même, elle ne saisit pas l’importance des évènements qui arrivent et qui sont arrivés par le passé malgré que ceux-ci influence directement sa vie) et on voit également l’influence de sa famille dans sa façon de voir les choses. Dans le troisième tome, il s’agit de son arrivée en Europe (après que ses parents aient voulu l’éloigner d’Iran : une des raisons est la guerre avec l’Irak si je me rappelle bien), donc elle se retrouve confrontée à la culture occidentale (en fait celle de l’Autriche : je précise parce que les moeurs occidentales divergent quand même d’un pays à l’autre, même si ça se passe dans les années80, période de mouvement général de libéralisation quasi-totale des moeurs qui touche l’Europe de l’Ouest c’est-à-dire celle qui n’est pas sous le communisme), donc dans ce tome on a une description de son adolescence en Autriche par ses yeux d’Iranienne. Enfin le quatrième tome expose son retour en Iran et sa perception de la société sous le régime islamiste, avec sa vision quand même influencée par les quelques années passées en Occident et sa réadaptation difficile à la société iranienne. Mon avis est qu’il n’y a pas de discours orienté, au contraire on a l’impresion d’une vision presque pure des évènements (surtout dû au point de vue adopté par l’auteure : c’est-à-dire histoire racontée par un personnage du récit). Et surtout beaucoup d’humour, ce qui apporte de la légèreté face aux évènements auxquels elle est confrontée de diverses manières : poursuite des opposants politiques, guerre avec l’Iraq, son déracinement lorsqu’elle va en Europe pour continuer ses études, sa difficile acceptation du régime islamique lorsqu’elle revient en Iran. Mais ce que j’ai aimé par dessus tout, c’est son amour pour la Perse et son peuple, qu’elle communique.
      Répondre à ce message