Les anges ne reviendront pas de Firouz Nadji-Ghazvini

Les anges ne reviendront pas

Le mercredi 14 septembre 2005 par adeline

Téhéran, au début de la révolution islamique. Quatre étudiants, épris de théatre ou écrivains, vivent dans la stupeur et la peur des événements, des attentats qui se produisent autour d’eux.

Kamram, le narrateur, fréquentent régulièrement un café. Il côtoit ainsi le serveur, Ismail. Ses amis, pleins de vie, sont Niloufar, Mithra et Nader.

Niloufar rève d’être actrice, mais ailleurs, pas à Téhéran. Nader tourne mal. Seuls restent Mithra et Kamram, qui projettent de se marier. Mais Téhéran voit son lots d’attentats, de plus en plus meurtriers. Ismail perdra la vie dans l’un d’eux.

Le roman dessine un Téhéran au bord du gouffre et des personnages pleins de doutes et de craintes sur l’avenir et le présent.

L’écriture est poétique, superbe.

L’auteur, Firouz Nadji-Ghavzvini est journaliste iranien. Il vit maintenant en exil à Paris, en tant que photographe de presse. Il nous livre ici un portrait en hommage à l’ancienne ville de Téhéran, celle d’avant l’islam.